TABLEAUX – 20TH

Richard GUINO

« Dessin érotique »

Dessin à la mine de plomb
Monogramme en bas à gauche
A partir de 1915

Dimensions : 25 x 21 cm

Bibliographie : « Il faut trouver des mains pour Renoir ! » Le marchand d’Art Ambroise Vollard, veut que Renoir exploite son talent en faisant des sculptures. Hélas, le maître est atteint d’arthrite ; il faut, chaque matin, attaché des pinceaux sur ses mains pour qu’il puisse peindre ses derniers tableaux.
Maillol est pressenti mais refuse et propose son meilleur élève, Catalan comme lui, le jeune Richard Guino. Celui-ci sera pendant près de 5 ans « les mains de Renoir » dont il modèlera les sculptures à partir de dessins et de tableaux.
Sa collaboration avec Renoir constitue un épisode singulier de l’histoire de l’Art.
Après la mort de Renoir en 1919, Guino reprend son oeuvre empreinte de néo-classicisme.
En parallèle de son œuvre sculpté, Richard Guino réalise de nombreuses céramiques émaillés et des éléments de mobiliers, ainsi qu’un grand nombre de dessins.
Son œuvre est une ode à la féminité.

Richard GUINO (1890-1973)

Il suit les cours de l’Ecole Supérieur des Beaux-Arts de Barcelone
Il eut comme professeur le père de Pablo Picasso. C'est là que Maillol le remarque et l'incite à venir à Paris.
Il arrive en France en 1910 et travaille au côté de Maillol.
Très doué, après une exposition de dessins très remarquée, il devient à la demande de Vollard, le praticien de Renoir. De 1913 à 1918, ils font oeuvre commune et il prête ses mains et sa pratique au talent de Renoir, handicapé par des rhumatismes articulaires. 
21 oeuvres sont ainsi exécutées par ses soins sous la conduite du maître.
Sa collaboration avec Renoir constitue un épisode singulier de l’histoire de l’Art.
Après la mort de Renoir en 1919, Guino reprend son oeuvre empreinte de néo-classicisme.
Son œuvre est une ode à la féminité.

NEWSLETTER

Suivez notre actualité en vous inscrivant à notre newsletter