SCULPTURE – 19TH

Jean-Batiste CARPEAUX

« Flore Accroupie »

Épreuve en bronze à patine havane nuané
Sculpture réalisée en 1912 par Susse Frères Edt Paris
Fonte au sable
Signée sur la terrasse à gauche
Marque de Fondeur « Susse Fres Edts Paris » à droite
Cachet serti à l’arrière

Hauteur : 38,5 cm
Longueur : 25,5 cm
Largeur : 19,5 cm

Jean-Baptiste CARPEAUX (1827-1875)

Sculpteur et peintre d’origine française.

D’une famille ouvrière de Valenciennes, Jean-Baptiste Carpeaux montre rapidement un intérêt pour les arts graphiques et la sculpture.

En 1838, sa famille déménage pour la capitale et il commence à suivre une formation de dessin et sculpture à l’Ecole nationale supérieure des Arts décoratifs. Puis, il intègre en 1844 l’Ecole nationale des Beaux-Arts et entre dans l’atelier du sculpteur François Rude. Il remporte en 1854, le prix de Rome, mais ne s’installe à la Villa Médicis qu’en 1856 car il dût honorer ses premières commandes avant son départ. Il voyage dans toute l’Italie et étudie les grands maitres italiens qu’il commence à copier. De son séjour en Italie, il sculpte trois envois ; le Petit Boudeur, Le Pêcheur à la Coquille et son Ugolin entouré de ses quatre enfants.

De retour en France en 1862, il est présenté à la cour impériale par son mécène, Eugène d’Halwin de Piennes, bientôy chambellan de l’impératrice. Remarqué par Napoléon III pour un buste de la Princesse Mathilde, il décroche un grand nombre de commandes, notamment pour les décorations extérieures du pavillon de Flore.

Jean-Baptiste Carpeaux est un modeleur. Il travaille l’argile et produit nombre d’esquisses, mais ce sont des praticiens qui s’occupent de leur transfert en pierre dure. De plus, il est fréquent que l’on retrouve plusieurs fois la même version d’une sculpture, soit une figure isolée préexistante dans un groupe de sculpture.

L’esthétique néobaroque, emprunte de spontanéité et de mouvement, qui caractérise la sculpture de Jean-Baptiste Carpeaux, en fait l’un des sculpteurs les plus importants du XIXème siècle.
Il participe à la décoration extérieur du Pavillon de Flore au Palais du Louvre et à l’Opéra nouvellement construit par Garnier avec le haut-relief La Danse. 
Il est également un peintre de renom ; il veut être à l’image de l’artiste universel : peintre, décorateur et sculpteur. Il peint tout sujet dans tous les styles : paysages, portraits, scènes de genre, peinture religieuse et historique. Toujours marqué par le mouvement, il détient une patte spontanée, presque d’ébauche ou d’esquisse.

Cependant, les défaites impériales de 1870 stoppent toutes ses commandes et Jean-Baptiste Carpeaux se retrouve à court d’argent. De plus, atteint d’un cancer de la vessie, il abandonne la direction de son atelier à son frère, et meurt un an plus tard à l’âge de quarante-huit ans

NEWSLETTER

Suivez notre actualité en vous inscrivant à notre newsletter