SCULPTURE – 20TH

Jacques LIPCHITZ

« Arlequin à l’Accordéon »

Très rare épreuve en bronze à patine noire
Fonte de la Fonderie C. Valsuani
Signée à l’arrière de la terrasse
Porte le tampon rectangulaire de la fonderie : « Cire – C. Valsuani – perdue »
1926

Hauteur : 24,5 cm

Biblio : Cette oeuvre fait partie de la série des « Transparents » créée par Lipchitz de 1925 à 1930.
Une oeuvre similaire est reproduite dans le catalogue raisonné de Jacques Lipchitz, d’Alan G. Wilkinson, Editions Thames & Hudson, Volume II, page 20 sous le numéro 190b.

 

Jacques LIPCHITZ (1891-1973)

Chaim Jacob Lipchitz dit Jacques Lipchitz est né le 22 août 1891 à Druskininkai en Lituanie, meurt à Capri en 1973.

Il a été naturalisé français puis américain.

En 1909, il arrive à Paris et, étudie à l’Ecole des Beaux Arts et à l’Académie Julian jusqu’en 1913.

A la Ruche, dans le quartier Montparnasse, il fréquente les artistes de la future école de Paris et se lie d’amitié avec beaucoup d’entre eux (A. Modigliani, Picasso, Juan Gris, Braque, Le Corbusier).

En 1912, il expose au Salon Nationale des Beaux-Arts et au Salon d’Automne.

Après une période « procubiste » de 1913 à 1915, Jacques Lipchitz, guidé par son désir de « créer un art aussi pur que du cristal », s’oriente jusqu’en 1930 vers le cubisme , puis l’abstraction, mais « sans perdre le sens du sujet et de son humanité ».

Il participe à la revue « L’Esprit Nouveau ».

Première exposition individuelle en 1920 à la Galerie de l’Effort Moderne de Léonce Rosenberg.

Il obtient la nationalité française en 1924.

En 1925, il s’installe à Boulogne Billancourt avec son ami Juan Gris et travaille dans son atelier-maison conçu par Le Corbusier.

C’est vers les années 1925, qu’il invente les « Transparents », réalisation légères à claire-voie, faites d’éléments de bois et de carton découpés, puis fondus en bronze à la cire perdue.

Dès les années 1930, il modèle dans la terre des figurines très expressives représentant des scènes mythologiques et bibliques.

En 1941 et grâce à Varian Fry, il fuit avec sa première femme la poétesse Berthe Kitrosser, la France pour les Etats Unis dont il acquiert la nationalité en 1958. Il divorcera en 1948 et épousera Yulla Halberstadt, également sculpteur.

Débute alors « une seconde carrière » très prolifique. Il expose régulièrement à la Buchholz Gallery à New York.

Jacques Lipchitz meurt à Capri en mai 1973 et, est enterré à Jérusalem.

NEWSLETTER

Suivez notre actualité en vous inscrivant à notre newsletter